Naissance du Canada français : un 24 juillet… 1534

cartier1Le navigateur français Jacques Cartier découvre au cours du printemps le golfe et le fleuve Saint-Laurent, sur le territoire qu’il a nommé « Canada ».

Le 24 juillet, sur la falaise, au lieu-dit Gaspé, Cartier dresse une croix de près de 10 mètres, portant le nom de François Ier. Par ce geste, il prend possession du Canada au nom du roi.

cartier
Jacques Cartier naquit et rendit l’âme à Saint-Malo, où se dresse aujourd’hui une statue de lui, tournée vers la terre qu’il a découvert.

cartier2cartier3

La levée de la condamnation de l’AF

Contrairement à ce que j’ai pu lire avec étonnement sur le Salon beige, qui
reprenait tel quel un article de l’AF 2000, il n’est pas vrai que la
condamnation de l’AF fut « levée sans contrepartie » par Pie XII en 1939.

D’abord, précisons que les numéros parus jusqu’au 10 juillet 1939 sont
restés à l’Index : leur condamnation n’a pas été annulée.
Ensuite, il y eut bien « contrepartie » et rétractation.
Dans une lettre de soumission adressée au Saint-Père le 19 juin 1939 (texte
ci-dessous),  les dirigeants de l’Action Française historique  affirment
eux-même que « depuis longtemps, les violences, attaques et toute autre
attitude du journal qui ont motivé la condamnation de 1926, ont cessé et
sont désavouées » et évoquent « les justes motifs de prohibition ».

Cette crise entre l’AF et Rome fut compliquée et tragique ; elle eut des
conséquences considérables : on doit d’autant plus l’aborder avec honnêteté
et exactitude.

« Texte de la déclaration présentée par le conseil de direction du journal l’Action
Française :

Très Saint Père,

Nous soussignés, membres du Comité-directeur du journal L’Action Française
unis dans les sentiments de la plus profonde vénération pour Votre Sainteté.

LIRE LA SUITE « La levée de la condamnation de l’AF »

Libre Journal de la France profonde du 12 juillet 2016

La deuxième émission du « Libre journal de la France profonde », que je dirige sur Radio Courtoisie un mardi sur quatre, de 21h30 à 23h, fut diffusée en direct le 12 juillet 2016.

On peut l’écouter ici :

Mes invités étaient :

Vous pouvez écouter la radio en direct, outre sur son site, sur la bande FM.
À Paris et en Ile-de-France : 95,6 Mhz et DAB+ (canal 6D) | Caen, 100,6 | Chartres, 104,5 | Cherbourg, 87,8 | Le Havre 101,1 | Le Mans, 98,8.
Sur les bouquets satellite Canalsat (canal 199 pour la mosaïque des radios et canal 641 pour l’accès direct à Radio Courtoisie) et TNTSAT.

C’était un 18 juillet…

– 390 : les Gaulois, sous le commandement de Brennus, s’emparent de Rome après un long siège face au mont Capitolin, où l’armée romaine s’était réfugiée.
Au moment de la pesée de la rançon (1 000 livres d’or), devant les protestations romaines, Brennus jette son épée dans la balance en proclamant « Vae victis ! » (« Malheur aux vaincus ! »)

64 : début de l’incendie de Rome, qui dure 9 jours et détruit la ville. Le fou et sanglant Néron, qui en est à l’origine, en accuse les chrétiens.

1100 : mort du duc de Basse-Lorraine Godefroi de Bouillon, le premier roi chrétien de Jérusalem (dont il avait dirigé la prise en 1099).

1936 : début de la guerre d’Espagne, 5 jours après l’assassinat du chef de l’opposition monarchiste au parlement. Les généraux nationalistes appellent au soulèvement et tentent un coup d’Etat pour renverser la gauche radicale au pouvoir. La guerre durera 3 ans et fera un million de morts. Robert Brasillach et Maurice Bardèche ont écrit à ce sujet un livre assez complet.

1941 : le Vel d’Hiv est rempli et l’ambiance est chaude.
LIRE LA SUITE « C’était un 18 juillet… »

C’était un 17 juillet : mort d’Henri Poincaré, un génie français.

Ce brillant scientifique français s’est éteint le 17 juillet 1912.
On le considère généralement comme l’un des derniers grands savants universels, maîtrisant en particulier l’ensemble des branches des mathématiques de son époque.
Son œuvre, qui précède en réalité les principales découvertes d’Einstein (qui le pilla), concerne principalement les mathématiques pures, la physique et l’astronomie.

Ci-dessous vous pouvez écouter une émission de Serge de Beketch en 1991, consacrée au pillage de Poincaré par Einstein, avec un spécialiste.

Action et communiqué suite à l’attentat de Nice : « engagez-vous ! »

Ce samedi, des militants du RF ont occupé un pont sur l’A20 pour faire passer leur message suite à l’attentat de Nice.

Un slogan simple et percutant qui va au cœur du problème.

Notre époque meurt de la confusion et du manque de clarté.

Bravo à eux :

A20

communiqueRF

COMMUNIQUÉ : « Engagez-vous ! »

L’odieuse attaque islamiste de Nice signe définitivement la fin du rêve cosmopolite en France.

Chacun sait ou sent que ce n’est qu’un début et que notre pays est entré dans une nouvelle ère, de peur et de mort.

Et ce n’est pas de la faute de « déséquilibrés » épars, comme veulent nous le faire croire honteusement les gros médias. Ce n’est même pas, en dernier ressort, de la faute de l’État islamique.

Cette situation catastrophique est bien sûr due à l’immigration massive, de peuplement, de remplacement, que notre pays subit depuis des décennies et qui engendre un flot continuel d’agressions, de meurtres antifrançais, de viols, de déprédations en tout genre, et désormais, de plus en plus fréquemment, de massacres.

L’état de la France va devenir comparable à celui du Liban ou de l’Irak, à moins d’un sursaut vigoureux et d’une remise en cause radicale de la politique française.

Cette évidence ne sera naturellement pas énoncée par les médias et les politiciens du Système.
Et c’est logique, puisque ces derniers sont responsables des tragédies récentes, en cours et à venir.

Les hommes et les idéologies qui ont mené la France à ce degré de décadence et de fragilité ne seront évidemment pas en mesure de nous offrir un avenir meilleur.

Suite aux attaques du Bataclan et de Nice, que proposent-ils d’ailleurs ?
Pas grand chose, si ce n’est une restriction toujours plus grande des libertés des Français, une répression des mouvements de résistance nationale, une surveillance généralisée de la population, des moments d’émotion collective hypocrites et vains comme tout le monde a pu le constater. Rien qui ne touche au cœur du problème.

Le Premier ministre Manuel Valls déclarait lui-même au Figaro l’année dernière : « il faut s’habituer à vivre avec le terrorisme ». Les Niçois peuvent lui dire merci aujourd’hui.
Voilà où nous en sommes, voilà où nous a menés le Régime.

Alors que le Système nous pousse à la résignation et à la docilité, les Français qui refusent les perspectives de déshonneur et de mort pour notre pays n’ont pas le choix : ils doivent s’engager pour que changent les institutions, les hommes, les mentalités, les valeurs qui incarnent la politique française.

Le combat crucial qui se présente aux Français n’est pas qu’un combat contre le terrorisme islamique. C’est d’abord un combat contre le Régime, contre l’individualisme, contre la résignation, contre le politiquement correct distillé par les médias.
C’est un combat dont l’enjeu est beaucoup plus vaste que la lutte contre un terrorisme qui n’est qu’une tragique conséquence.
L’enjeu est de nous assurer un avenir de paix, de dignité, où la civilisation et l’identité françaises seront rétablies et défendues.

Engagez-vous !

Thibaut de Chassey
Directeur national du RF

C’était un 15 juillet : libération de Jérusalem par les Croisés

Le vendredi 15 juillet 1099, les croisés enlèvent aux musulmans la ville de Jérusalem. Ils ont quitté l’Europe occidentale trois ans plus tôt et effectué une interminable et périlleuse marche pour répondre à l’appel du pape Urbain II et reprendre aux Infidèles le tombeau du Christ.

Pendant le siège, plusieurs tentatives avaient été faites, mais furent toutes repoussées. Trois machines de siège furent terminées et amenées près des murs dans la nuit du 14 juillet. Elles permirent la conquête de la ville sainte.
Godefroy de Bouillon devient Advocatus Sancti Sepuchri (Avoué du Saint Sépulcre) le 22 juillet, refusant d’être « roi » dans la ville où mourut le Christ.

Le 12 août, Godefroy conduisit une armée, avec la Sainte Croix qui venait d’être découverte à Jérusalem, combattre l’armée fatimide (égyptienne), qu’il écrasa à Ascalon (ou Ashkelon), bien qu’elle fut très supérieure en nombre.

Mais après la victoire, la plupart des croisés considérèrent leur vœu accompli et retournèrent en Europe.
Cependant, leur succès permit la création du royaume latin de Jérusalem.

Pour creuser le sujet, on pourra lire avec profit le livre de Jacques Heers :  Libérer Jérusalem, la première croisade (disponible ici, ainsi qu’en format de poche).

José Manuel Barroso rejoint la Goldman Sachs, comme l’ignoble Peter Sutherland avant lui

https://stateoftheunion.eui.eu/2013/wp-content/uploads/2014/03/BARROSO-Jose-Manuel.jpg La nouvelle a été annoncée par Goldman Sachs elle-même : la branche internationale de la banque d’affaires (réputée la plus puissante du monde) s’offre un nouveau directeur non-exécutif, qui n’est autre que le sinistre José Manuel Barroso, ancien président de la Commission européenne de 2004 à 2014…
De quoi mettre en lumière encore davantage le lien puissant entre la Haute Finance et le pouvoir politique opaque de l’Union européenne…
Afficher l'image d'origineLe précédent directeur de cette branche de la Goldmann Sachs était Peter Sutherland, lui-même ancien Commissaire européen à la concurrence ! Mais aussi représentant spécial du secrétariat général des Nations unies pour les migrations internationales (c’est-à-dire en charge de l’invasion actuelle de l’Europe), ancien directeur général de l’OMC, président d’honneur pour l’Europe de la Commission trilatérale, membre du Comité directeur du groupe de Bilderberg et actuel président de l’European Policy Center…
Bref, un mondialiste de très haut niveau.
Cet individu s’était signalé en émettant le tweet suivant après la victoire du Brexit au référendum britannique :

« La jeune génération au Royaume-Uni a été sacrifiée, tout ça à cause d’une déformation des faits et des conséquences. D’une façon ou d’une autre, ce résultat doit être annulé. »

14 juillet : fête nationale ou fête maçonnique ?

« Après un oubli de près de 100 ans depuis la prise de la Bastille, le 14 juillet devient fête Nationale en 1880, sous la IIIe République.

La République toute nouvelle se cherche des symboles. Là encore, comme souvent en cette période de notre Histoire Nationale, l’action des francs-maçons sera importante.

C’est le frère Benjamain Raspail, député de la Seine pour la gauche républicaine (fils aîné de François-Vincent Raspail, candidat malheureux à la présidence de la République en 1848, carbonaro et franc-maçon au sein de la célèbre loge parisienne Les Amis de la Vérité), qui dépose le 21 mai 1880 la loi faisant du 14 juillet la fête nationale. Ce projet de loi, signé par 64 députés, sera adopté par l’Assemblée le 8 juin et par le Sénat le 29 juin. Elle sera promulguée le 6 juillet 1880. LIRE LA SUITE « 14 juillet : fête nationale ou fête maçonnique ? »

6 juillet 1962 : l’assassinat sordide de Roger Degueldre par la République, version De Gaulle.

comme chaque année s’est tenue une émouvante cérémonie sur la tombe du lieutenant Roger Degueldre, à l’initiative du CNC, avec Roger Holeindre, et avec la présence de militants du Renouveau français. J’y étais.

delta2

Ci-dessous un texte de José Castano à ce sujet :

« Le jour où les « fells » entreront à Alger, j’espère trouver trois compagnons pour garder les faces du Monument aux morts et tomber en tirant une dernière salve de PM – R.D –

C’est quelques heures seulement après le génocide du 5 juillet 1962 qui, rappelons-le, fit plus de trois mille victimes parmi la population civile européenne, que dg prit sa décision de faire fusiller le lieutenant Roger DEGUELDRE qui, fidèle à son engagement « La mort plutôt que le déshonneur! », avait justifié son action dans l’OAS par ces mots : « Mon serment, je l’ai fait sur le cercueil du Colonel Jeanpierre.
Plutôt mourir, Mon Colonel, que de laisser l’Algérie aux mains du FLN, je vous le jure !
»

Le lendemain, 6 juillet 1962, à l’aube, au fort d’Ivry, Degueldre se présenta devant le peloton d’exécution en tenue de parachutiste, le drapeau tricolore sur la poitrine, drapeau auquel il avait tout sacrifié et qu’il avait choisi comme linceul.
Autour de son cou, il avait noué un foulard de la légion. Dans la poche intérieure de sa vareuse, il y avait la photo d’un bébé, son fils qu’il n’avait jamais vu. Il avait conçu cet enfant dans la clandestinité. Le bébé était venu au monde alors que le père se trouvait dans sa cellule de condamné à mort.
« Dites que je suis mort pour la France ! » s’écria-t-il à l’adresse de son défenseur.
LIRE LA SUITE « 6 juillet 1962 : l’assassinat sordide de Roger Degueldre par la République, version De Gaulle. »