6 octobre 1989 : mort de Robert Poulet,

romancier, moraliste, mémorialiste et journaliste belge, à Marly-le-Roi.
Il fut sans doute l’un des plus grands critiques littéraires du XXe siècle.

Robert Poulet eut une jeunesse animée : après avoir combattu dans les corps francs durant la Première Guerre mondiale, il devint paysan, puis tenta sa chance comme scénariste de cinéma.
Il acquit, la quarantaine venue, une notoriété d’écrivain, grâce notamment à son roman Handji.
Il connut un parcours intellectuel particulier, passant du dadaïsme au rigorisme catholique, du fascisme à « l’anarchisme de droite ».
LIRE LA SUITE « 6 octobre 1989 : mort de Robert Poulet, »

Camp d’été du RF 2014

Vu sur le site du mouvement :

Du 21 au 24 août, c’est en Bourgogne qu’eut lieu le traditionnel camp d’été du Renouveau français.

Il réunit cette année environ 80 personnes dans un cadre agréable pour partager quelques jours de camaraderie et de formation.


Nous avons cette fois eu le plaisir et l’honneur d’accueillir deux délégations : quatre Italiens (de Lotta Studentesca, le mouvement de jeunesse de nos amis de Forza Nuova) et quatre Polonais (du mouvement Młodzież Wszechpolska, composante de la coalition Ruch Narodowy), venus de loin pour découvrir notre mouvement !


Thibaut de Chassey et le chef de la délégation polonaise.

LIRE LA SUITE « Camp d’été du RF 2014 »

C’était un 17 septembre 1793 : la « loi des suspects »

Petit rappel démocratique :
le 17 septembre 1793, à la veille d’instaurer la Grande Terreur, la Convention vote la « loi des suspects ».

Elle permet l’arrestation de ceux qui « n’ayant rien fait contre la Liberté, n’ont rien fait pour elle ».

Tout le monde est menacé et les massacres vont prendre de l’ampleur.

Notez que les manuels scolaires préfèrent évoquer avec effroi les « lettres de cachet » royales.

16 septembre 1943 : les Américains attaquent Nantes

nantes

Le 16 et le 23 septembre 1943, les Alliés ravagent démocratisent la ville de Nantes.
Leurs bombardements massifs font 1463 morts et 2500 blessés civils.

700 maisons et immeubles sont détruits et près de 3 000 rendus inhabitables, sans que l’on voit bien l’intérêt militaire de raids aussi meurtriers.
De Gaulle ne s’offusquera naturellement pas.

Sur ce thème, on pourra lire Quand les Alliés bombardaient la France, d’Eddy Florentin (disponible ici).

15 septembre 1700 : mort d’André Le Nôtre

André Le Nôtre, né à Paris en 1613, fut jardinier du roi Louis XIV de 1645 à 1700 et eut notamment pour tâche de concevoir l’aménagement du parc et des jardins du château de Versailles, mais aussi celui de Vaux-le-Vicomte et Chantilly.

Fils et petit-fils d’un jardinier des Tuileries, André Le Nôtre suit des cours d’art dans l’atelier du peintre Simon Vouet avant de prendre la succession de la charge paternelle. Dans la lettre d’accréditation du 26 janvier 1637 signée de Louis XIII, le roi lui donne du «cher et bien-aimé», preuve que le jeune homme connaît déjà les manières de la Cour.
LIRE LA SUITE « 15 septembre 1700 : mort d’André Le Nôtre »

Deux journalistes, qui voulaient défendre la cause des Roms, attaquées et dépouillées !

On ne se lasse pas de ces anecdotes savoureuses, dans lesquelles les militants du Système subissent ce qu’ils imposent aux Français…

Selon Le Parisien, deux journalistes de TF1 qui réalisaient un sujet sur les Roms ont été agressées jeudi dernier à Vineux-sur-Seine.

Les deux femmes, qui avaient pour but de « sensibiliser » le public sur les conditions et le mode de vie des Roms en Ile-de-France, avaient donné rendez-vous à deux membres de la communauté, gare de Lyon, pour réaliser leur reportage. Après s’être rendu avec les deux hommes en Essonne par le RER, la situation a vite dégénérée.

Dès leur sortie du train, les deux Roms ont porté des coups de poings aux deux journalistes avant de les dépouiller de tout leur matériel, caméra et téléphones portables. Ces derniers ont ensuite pris la fuite alors que les deux femmes, légèrement blessées, sont allées déposer plainte.

Source OJIM

C’était un 27 août 1793 : l’insurrection contre-révolutionnaire de Toulon

Les Fédéralistes, qui avaient pris le pouvoir local aux Jacobins lors d’une insurrection, sont supplantés par les royalistes, bénéficiant du soutien de la flotte toulonnaise (restée majoritairement fidèle au roi).

Les insurgés se sont rebellés à l’annonce de la reprise de Marseille par les Républicains et de la répression sanglante qui s’en est suivie, et seront soutenus par les Britanniques et d’autres.

Ils feront proclamer Louis XVII (le très jeune fils de Louis XVI) roi de France et hisser le drapeau blanc à fleur de lys.
Les Républicains feront le siège de la ville, et le jeune Napoléon s’y illustrera contre les royalistes…
LIRE LA SUITE « C’était un 27 août 1793 : l’insurrection contre-révolutionnaire de Toulon »