Entretien avec Rivarol

Je suis interrogé dans le numéro de Rivarol paru ce jeudi : un très bon hebdomadaire disponible dans tous les bons kiosques.

C’est l’occasion de m’étendre un peu, entre autres, sur le nouveau discours de certains chefs catholiques traditionalistes concernant la « réconciliation [dite] nationale », et d’insister sur la nécessaire intransigeance qu’il faut garder sur la question ethnique.

[RF] Il y a huit cents ans : Bouvines !

En ce jour, nous commémorons la magnifique victoire française de Bouvines.

Le 27 juillet 1214, notre armée, commandée par Philippe Auguste et renforcée par des milices communales, affrontait les troupes coalisées du roi d’Angleterre et de l’empereur germanique.

L’issue heureuse de cette bataille décisive eut des conséquences politiques très importantes, tant pour la France que pour l’Europe.

Elle accrut puissamment le sentiment national français et l’autorité de la monarchie capétienne.

Exactement huit cents ans plus tard, alors que notre nation est menacée encore plus gravement qu’à l’époque, puisons dans le souvenir de cette bataille l’espérance, l’énergie et la ferveur patriotiques nécessaires au combat pour la France. Un combat non plus militaire, mais politique, et qui réclame le renfort de tous.